La mayade, la tradition continue.

Il est cinq heures du matin, ils arrivent à la cinquième ferme. Et ils sonnent, ils trompettent et s’installent dans la froidure sous les fenêtres pour chanter le mai. Une à une les fenêtres s’illuminent : « mais oui c’est le 1er mai !!! Les jeunes du pays viennent souhaiter bon foin et bon lait… ».

Alors, les fermiers d’ouvrir la porte et la jeunesse d’embrasser les habitants dans la bonne humeur. Ils arrivent au bout de la nuit. Ils en ont fait des étapes, ces oiseaux de bonne augure, à voler d’une ferme à l’autre.

Et après une boisson et un morceau de fromages les voilà reparti. Alors que la neige commence à voltiger, ils prennent le chemin du village pour chanter le mai de maisons en maisons. A l’aube, le dernier habitant à les accueillir leur présentera une bonne omelette. C’est comme ça. C’est la tradition. Et les jeunes de Cros-de-Géorand entendent bien faire vivre cet hommage au printemps.