Si le vent tombe

Comment la romancière Emmanuelle SALASC PAGANO en est venue à être co-scénariste du film « Si le vent tombe » ?

 

Emmanuelle SALASC PAGANO - J’ai rencontré Nora MARTIROSYAN  à la Villa Médicis. Nous étions devenues amies. Nora avait des idées très fortes, l’envie de raconter des espaces, de questionner un réel à la frontière de l’irréel, de scruter les enjeux qui touchent son territoire. Elle souhaitait rendre palpable ce temps suspendu : l’avenir du Haut Karabagh. Karabagh signifie « jardin noir c’est-à-dire fertile ». J’ai trouvé dans cet ancrage territorial, la force vitale du monde paysan, telle que je l’aime et je la perçois, ici sur la montagne ardéchoise. Cela m’a plu.

 

Ecrire un scénario demande un récit plus cadré, des intrigues plus affirmées, des dialogues plus aboutis.  J’ai fait un stage dans le cadre de la formation continue à la FEMIS, École nationale supérieure des métiers de l'image et du son, qui m’a donné suffisamment d’assurance. Et même si je reste avant tout une romancière, j’ai vécu cette écriture à deux comme une belle aventure.

 

Emmanuelle SALASC PAGANO présentera le film “Si le vent tombe” le 4 juin à 18h au cinéma le Navire à Aubenas.  Autres séances : le 02/06, à 11h,14h30,18h, le 03/06 à 18h, le 04/06 à 14h,18h, le 05/06 à 18h, le 06/06 à 11h,18h, le 07/06 à 14h30 – Réservez vos places sur internet.