La Gazette Crouseilloune

Tout ce qui est à venir et tout ce qui s'est passé à Cros de Géorand.

 

 

Actualités et ce qui est à venir...

 

Les préparatifs de la fête du 15 août

 

La traditionnelle fête du 15 août se prépare à Cros de Géorand.

 

L’équipe municipale et les associations du village vous accueillent pour cette édition 2022 intitulée « Fête de la Bière », Un programme alléchant et rafraîchissant autour de la bière et de ses folklores :

 

Samedi 13 août :

Ball Trap à partir de 10h

 

Dimanche 14 août :

Concours de pétanque à partir de 9h (tête à tête le matin – triplette l’après-midi) - Repas sur place (Midi : saucisses/merguez/frites – Soir : Repas paëlla sur réservation au 07 61 90 79 18)

 

Lundi 15 août :

Ball Trap à partir de 10h

Fête de la Bière : A partir de 12h : Repas sur la place du Village (sur réservation au 04 75 38 94 64 ou 06 26 96 30 39) (enfant 8 € - adulte 15 €)

A partir de 14h : Musiques, chants et danses d’Irlande avec le groupe ELVEN

Spectacle de claquettes - Jeux gonflables pour les enfants - Tombola avec pour 1er prix un week-end en Irlande pour 2 personnes - Buvette toute la journée proposant une dizaine de variétés de bières

 

Amateurs d’ambiance celtique, le rendez-vous est donné !


La faune du plateau ardéchois...

C’est le thème retenu pour le prochain concours photo organisé par l’association qui gère et anime la bibliothèque municipale. La Bouquinerie Crouseilloune organise son 9ème concours ouvert aux photographes confirmés comme aux amateurs.

 

Le naturaliste matinal et patient pourra débusquer un sanglier ou capter un écureuil vif et agile. L’amateur prendra son temps pour immortaliser la lente montée d’une chenille sur sa brindille...

 

Tout est possible ! Les clichés sont à envoyer avant le 15 septembre prochain à l’adresse suivante : photoducros@orange.fr. (n’oubliez pas de mentionner vos coordonnées). Et chaque photographe peut déposer jusqu’à 5 photos au format jpg. 

 

Ensuite, l’association convoquera un jury pour déterminer les heureux gagnants. Ceux-ci auront le plaisir de voir leurs œuvres sur le calendrier 2023 qui sera édité. Et tous les participants contribueront à la réalisation de l’exposition annuelle : «la faune du plateau ardéchois» qui sera présentée à la bibliothèque de Cros de Géorand et ouverte au public les samedis matin de 10h30 à 11h30 durant toute la nouvelle saison 2022/2023.


Un marché bien achalandé

Avec le printemps, l’habitude de se rendre au marché de Cros-de-Géorand renaît.  Ce samedi 14 mai, les paysans et artisans, jeunes et motivés, proposent leurs productions.

 

Jérôme COSTE  déploie un banc très achalandé en fruits et légumes. Maud PONZIO installe derrière sa vitrine réfrigérée, ses yaourts et fromages de brebis, tandis que Jérémie OMONT propose ses fromages de chèvre. Thomas BILLET a composé un assortiment de petites pâtisseries gourmandes. Et en perspective des journées estivales, Tania RIPPERT a brodé des Tee-shirts aux couleurs acidulées, des casquettes, des bandeaux.

 

Ils ont été rejoints ce samedi, par les élèves de l’école de Saint-Cirgues-en-Montagne. Une vente de pognes a permis de récolter des fonds pour les sorties scolaires. Et pour finir, à droite du lavoir, un stand « info » annonçait les différentes animations programmées sur la montagne ardéchoise.

 

Chaque samedi, de nouveaux stands apparaissent pour vous surprendre et toujours règne cette ambiance conviviale pour faire ses emplettes du week-end.

 

A noter : Marché hebdomadaire tous les samedis matin du 16/04/22 au 15/10/22 – artisans, producteurs et commerçants souhaitant rejoindre l’équipe – s’inscrire via un message à l’adresse suivante : cathyusala-mairielecros@orange.fr


Une folle envie de Crazy Sheep

Maud PONZIO est arrivée à Lanarce en octobre 2016 pour poursuivre une aventure bien engagée avec Pierre, son compagnon. Venues de la Drôme provençale, leurs 80 brebis laitières et 240 brebis allaitantes apprécient les pâturages du GAEC Crazy Sheep sur la montagne ardéchoise. Lorsque Maud parle de son troupeau aux clients du marché, il y a une empathie telle, que chacun peut aisément visualiser les soins donner aux animaux.

Avec une régularité sans faille, Maud propose sa production fromagère sur la place de Cros-de-Géorand chaque samedi matin. Que ce soit sa tome de brebis, ses petits lactiques natures ou aromatisés, ou bien encore ses yaourts, le succès n’est jamais démenti. Ajouter à cette qualité, la bonne humeur de la bergère qui n’hésite pas à plaisanter avec ses clients et vous aurez un tableau complet de ce qui fait la réussite de ce petit marché : qualité et convivialité.

D’ailleurs Maud le dit elle-même :« Je suis bien accueillie, les habitants sont sympas ! »


Un nouveau commerce au village…

Parce que nous étions persuadés que le maintien de notre population et le bien-être de tous passent par la qualité du service et sa dimension humaine nous souhaitions réfléchir à l’implantation d’un commerce de proximité.

 

L’équipe municipale s’y était engagée, un lieu a été choisi, les travaux ont commencé.

 

Sachant qu’une épicerie dans nos petits pays isolés repose sur une notion de service sans garantie d’une recette suffisante pour en vivre ; et sachant que la pluriactivité est le lot de bon nombre d’actifs sur la montagne, le Conseil Municipal a élaboré un projet viable, avec l’objectif de permettre à deux amis, un couple, une famille, … de s’installer durablement et de dégager un revenu stable. 

 

La structure en cours de réhabilitation est aménagée pour combiner de multiples activités. Le bâtiment qui va être proposé à la location a été conçu pour recevoir :

 

    • un café/bar,

    • un restaurant,

    • une épicerie

    • cinq chambres d’hôtes,

    • un appartement pour les futurs commerçants.

 

Notre village est dynamique. Il lui manque aujourd’hui un espace convivial : « le café du village ». La commission « commerce » a défini des attentes qui s’avèrent être très proches de la charte Bistrot de pays avec ces points forts : convivialité, authenticité, solidarité. 

 

C’est ainsi que s’est construit petit à petit un cahier des charges pour un appel à projet. Il nous a paru important, par exemple :

 

Pour l’épicerie qu’il y ait des denrées de première nécessité telles que : épicerie sèche et conserverie, quelques produits d’entretien et d’hygiène, crèmerie, produits frais (beurre, lait, …), des produits locaux (fromages et autres, selon prospection), des fruits et légumes en accord avec le commerçant du marché, un dépôt de pain, le Journal « le Dauphiné » - au moins l’édition du dimanche, un point relais pour les colis, ...

Pour le café du village, il nous paraît intéressant de prévoir un coin Info Tourisme, des jeux de société à disposition (cartes, dés, scrabble), une possibilité de restauration rapide à toute heure (sandwich ou autres)

 

Pour le restaurant, le label « Bistrot de Pays » correspond bien à notre éthique en privilégiant les produits en circuit court dans l’assiette et nous souhaiterions que cet établissement réponde à des attentes variées telles que menu plat du jour, menu ouvrier, menu groupe, menu banquet, menu type tapas, plats à emporter sur commande

 

Ce futur commerce, idéalement situé près du dernier commerce en activité à Cros de Géorand pourra s’appuyer sur la clientèle existante et inversement la boucherie-charcuterie Moulin bénéficiera du dynamisme de son voisin dans un système gagnant-gagnant.


Un livre brûlant : Hors gel

La majeure partie de sa bibliographie est déjà disponible à la bibliothèque de Cros-de-Géorand. Et aujourd’hui, avec presque vingt ans d’écriture, Emmanuelle SALASC vient de sortir son dernier roman « Hors gel ». L’autrice a offert cet ouvrage aux lecteurs de Cros-de-Géorand.

 

Ce roman de légère anticipation dont l’action se situe en 2056, vous entraîne au bord de l’extrême.

Dans une vallée d’altitude, une sirène sonne, réactivant une peur ancienne. Au-dessus du village, dans le ventre du glacier, une poche d’eau sous pression menace de se rompre. Peu de temps auparavant, Clémence, disparue depuis des années, a appelé sa soeur jumelle, Lucie, pour lui demander de la cacher dans la grange familiale isolée qu’elle habite, juste en dessous du glacier.

 

Hors gel, nous plonge au coeur d’une sombre dystopie et d’un drame familiale déchirant. Deux peurs : la peur ancestrale et collective de la catastrophe que pourrait provoquer la rupture du glacier, et la peur plus intime, familiale, de Lucie vis-à-vis de sa soeur jumelle, une peur ancrée depuis longtemps dans la mémoire profonde de Lucie. 

 

Nous avons aimé ce roman et partageons l’enthousiasme de Marine Landrot :« Par son écriture d’une limpidité saisissante, où les fulgurances coulent de source et charrient une sensibilité vive, où le réalisme le plus cru est soudain baigné de féerie, où le sordide est cicatrisé par le surnaturel, Emmanuelle Salasc révèle la force cachée de ce phénomène de désagrégation intime, en synchronie avec l’anéantissement de la planète. La beauté du roman vient de cette promesse de renouveau, enfouie sous la peur. »

 

Ce livre est disponible en prêt à la bibliothèque de Cros-de-Géorand. Vous pouvez aussi le trouver en librairie : « Hors gel » Emmanuelle SALASC – EAN 9782818052044 -

Éd. P.O.L. 


Un moment avec le thé

Chaque samedi matin, Eve rejoint le marché de Cros-de-Géorand. Sur la petite place, elle dispose ses mugs qui seront bientôt accompagnés par quelques bols à thé et théières, façonnés de ses mains. 

Elle raconte : « Le Théier est venu à ma rencontre lors d’une escale sur les hauts plateaux du Sri Lanka en 1991. Depuis, je n’ai cessé d’aller sur ses traces avec la même curiosité, le même enthousiasme. Des contreforts himalayens à la chaumière traditionnelle japonaise, les feuilles de thé s’offrent, se partagent en paix, dans le respect de l’être humain, l’ordre de l’Univers, et ce depuis des siècles. »

Elle contemple la montagne ardéchoise, son nouveau point d’ancrage : « Je me sens bien. Je me suis toujours sentie bien face aux grands espaces. Je suis particulièrement attachée aux conifères, les sapins diffusent une onde vivifiante, tonique qui me va bien. »

Eve parle avec enthousiasme et sérénité de ses projets : « j’aime la terre et je souhaite par des ateliers personnalisés communiquer le goût de créer avec cette matière douce et indulgente. » Céramiste et peintre, elle a rejoint les créateurs de Méz’Art. Vous pouvez découvrir son travail sur son site everastel.com, mais aussi venir à sa rencontre tout l’été le samedi matin au marché de Cros de Géorand.


Menuisier de père en fils

Enfant du pays, né à Cros-de-Géorand, Vincent ASTIER a aujourd’hui 38 ans. Enfant, il suit Alain, son père, à l’atelier de menuiserie et sur les chantiers : « à 8 ans, je savais déjà piquer le genêt pour restaurer les toitures. » Il se revoit petit garçon perché sur un toit : « Je figure même dans un reportage pour Chefs d’œuvres en péril, une émission animée par Pierre de Lagarde, le Stéphane Bern des années 80 ». 

Vincent n’a pas de goût pour les études. Il se sent bien au milieu des planches, avec les petits tas de sciure et les collines de copeaux qui parfument la menuiserie. Avec son père, il apprend toutes les ficelles du métier : l’affûtage des outils, le balancement d’un escalier, les différents assemblages, … Il s’applique sur la dégauchisseuse, la raboteuse, les scies, … Et ainsi grandissant, le fils rejoint son père. Ils font équipe. Entre autres travaux de menuiserie, ils réalisent des maisons à ossature bois en sapin et douglas de pays, répondant ainsi à une demande locale de construction.

Mais, le 5 août 2020, Alain est emporté par la maladie. « il fallait continuer, ne pas lâcher ». Aujourd’hui Vincent conduit l’entreprise ASTIER tout seul. Il vient d’achever une maison à Usclades. 

Passionné par ce matériau écologique  qui est l’un des matériaux les plus anciens, Vincent aime travailler le bois pour la construction et l’ameublement mais aussi dans des domaines plus inattendus. Aujourd’hui, il consacre du temps à la restauration d’une voiture des années 30, une Hotchkiss. Ces anciens modèles étaient conçus avec une armature en bois galbée cintrée sur laquelle la carrosserie était clouée. Vincent s’attèle avec plaisir et prouesse à cette restauration.

Et ses projets ? Essayer de créer une ou plusieurs Tiny Houses, vous savez cette sorte de mini-maison à mi-chemin entre la roulotte et la maison tout confort. Ce type de construction suscite actuellement beaucoup d’engouement. Avec son père, Vincent avait élaboré une roulotte, alors si le temps le permet, imaginer une Tiny House ce serait sympa… une roulotte des temps modernes. Mais ça, c’est une autre histoire…


Blessure d’âme d’un soldat du feu

Quand en 2018, Eric GOUVERNET s’installe avec sa famille à Cros-de-Géorand, il effectue un retour nécessaire à ses racines.

 

« J’ai appliqué à la lettre cette maxime : si tu ne sais plus où tu vas, regarde d'où tu viens. Mes aïeules étaient de Chaffour. J’ai été élevé en partie par ma grand-mère maternelle, une autre génération, solide. C’est là sur le plateau ardéchois que je suis revenu quand tout s’est écroulé ».


Eric GOUVERNET témoigne avec sincérité et simplicité de sa lente reconstruction après ce jour de Mai 2017, où après une intervention d’urgence, sa vie part en mille morceaux face à la violence des évènements. Il expose dans son récit l’engagement au quotidien des sapeurs-pompiers, leur professionnalisme.


Mais son livre est bien plus que cela. Il est un cri, une alarme qui nous rappelle que « sous chaque tenue de sapeur-pompier, il y a un être humain qui peut être blessé ». C’est cette blessure si profonde que nous sommes amenés à toucher, à sentir dans les propos d’Eric GOUVERNET.  Il nous fait cheminer avec lui sur les sentiers de la guérison, de l’acceptation aussi. Et parmi les remèdes, figure en bonne place la montagne ardéchoise !


« Blessure d’âme d’un soldat du feu » d’Eric GOUVERNET – Ed. L’Hamattan est en vente en librairie.


 Elle coud des masques !

De fil en aiguille, en 2018, Tania Rippert en arrive à créer un atelier couture. Elle s’inscrit à la chambre des métiers. La même année, elle investit dans une machine à broder. Et depuis, elle effectue de menus travaux pour les habitants du plateau ardéchois : une retouche sur un rideau, un ourlet de pantalon, une fermeture Eclair à changer, un cadeau de naissance, … 

Tania se taille rapidement une belle clientèle. Etant à l’écoute de chacun, elle peut réaliser du sur mesure. Elle sait se rendre accessible avec un accueil à son domicile à Cros-de-Géorand, mais aussi des permanences au Béage, aux Sagnes et à Rieutord.


Patatras… En mars 2020, la couturière ne peut que livrer ses travaux aux domiciles des clients. Elle poursuit ainsi son ouvrage dans le respect des mesures de confinement. Bientôt, en plus des travaux courants, elle remporte un franc succès pour la confection de masques sanitaires. En effet, sa brodeuse permet de personnifier ce nouvel accessoire obligatoire. La charcuterie Didier Moulin, la Tradition Ardéchoise, l’hôtel Beauséjour ou encore la maison Ceyte font appel à ses services pour acquérir des masques à l’effigie de leur enseigne.


Aux dernières nouvelles, Tania Rippert a réalisé des masques pour les conseillers et les agents communaux de Cros-de-Géorand. Par ailleurs, elle est autorisée à ouvrir une permanence dès maintenant sur le futur espace de co-working de Sainte-Eulalie tous les jeudis matin de 9h30 à 12h (rez-de-chaussée de l’ancienne mairie).

      

... et ce qui s'est passé

 

 

Ils ont dit : OUI !

 

 

Mylène et Etienne, couple souriant, accueillant, convivial et sincère, enfants du pays ont construit une belle vie...

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

  

Retour à l’état sauvage !

 

Ce mercredi 13 juillet, l’association de pêche « la Truite Capricieuse » a réalisé son 5ème lâché de truites de la saison...

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

  

Planter des haies

 

Ce mardi 22 mars, les élèves du CS (certificat de spécialisation) Caprin Option Agriculture Biologique...

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

« Animal », un film alerte ! 

 

Le public était au rendez-vous ce samedi 19 mars à Cros-de-Géorand....

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

  

Cérémonie du 19 mars

 

Après avoir déposé une gerbe devant le Monument aux Morts de Cros de Géorand...

Lire la suite...

 

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

ARCHIVES 2021

Voir les archives 2021

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2020

Voir les archives 2020

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2019

Voir les archives 2019

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2018

Voir les archives 2018

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2017

Voir les archives 2017 

  

 -+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2016

 Voir les archives de 2016

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2015 

Voir les archives de 2015