La Gazette Crouseilloune

Tout ce qui est à venir et tout ce qui s'est passé à Cros de Géorand.

 

 

Ce qui s'est passé...

 

11 novembre, pour ne pas oublier.

 

Si le 11 novembre est devenu un jour de mémoire, c'est aussi la mémoire d'un jour...

Lire la suite...

 

 

 

Le sonneur à ventre jaune.

 

Le sonneur à ventre jaune Bombina variegata est une espèce en grand déclin... 

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

  

Toujours plus de lecteurs.

 

L’association la Bouquinerie Crouseilloune qui gère et anime la bibliothèque municipale s’est réunie... 

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

 

Préparer la terre aujourd'hui pour les paysan(ne)s à venir.

 

Les 9 associations du réseau INPACT organisent la 8ème semaine ardéchoise de l'installation-transmission paysanne...

Lire la suite...

   

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

   

L’Equipe de France de Boules.

 

C’est au milieu du marché hebdomadaire que le jeu pour l’exhibition de l’Equipe de France de Boules...

Lire la suite...

   

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

  

Il faut attendre la nuit …

 

Le soleil descend derrière la montagne lorsque le dernier carreau est tiré sur le sable du « coin des pétanqueurs »...

Lire la suite...

  

 -+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

 

Le repas des producteurs

 

Ce 17 juillet, les producteurs du marché n’ont pas quitté la place...

Lire la suite...

  

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

 

Une nichée d’hirondelles

 

René LAVASTRE a 82 ans et depuis 1954, il se passionne pour l’ornithologie...

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

Ils se sont mariés !

 

Résidants au camping du village ils ont choisi la commune de Cros de Géorand pour unir leur destin...

Lire la suite... 

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

Si le vent tombe

 

Comment la romancière Emmanuelle SALASC PAGANO en est venue à être co-scénariste du film « Si le vent tombe » ?

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

Commémoration 8 mai 45

 

Sébastien PRADIER, Maire de Cros de Géorand, Jean-Marie TAULEIGNE, premier adjoint, Catherine USALA...

Lire la suite…

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

A la recherche d’un monde préservé !

 

Ils en parlent si bien. Ils chérissent la beauté du maquis avec ses parfums…

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

Les emplettes du samedi matin.

 

Ce 10 avril, un vent glacial et pénétrant faisait tourbillonner un crachin bourru sur la place du village…

Lire la suite…

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+- 

GDS, un nouveau délégué communal

 

Le Groupement de Défense Sanitaire de l’Ardèche (GDS07) est un organisme géré par un conseil d’administration composé de 35 éleveurs...

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

Les Sénateurs et Conseillers Régionaux en Visite au Cros de Géorand

Fidèles à leurs engagements, Anne VENTALON et Mathieu DARNAUD, Sénateurs de l’Ardèche, ainsi que Sandrine GENEST et Olivier AMRANE, Conseillers Régionaux...

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

Savez-vous planter des arbres ?

Les BTS GPN Gestion et Protection de la Nature du lycée agricole d’Aubenas...

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

Assemblée générale de « la Truite Capricieuse »

La société de pêche «la Truite Capricieuse» a tenu son assemblée générale...

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

Collecte du lait de 6 exploitations de Cros de Géorand

Pascal ROBERT mène son exploitation à Loustau-Nou. En 1995, il est sollicité par la laiterie Carrier ...

Lire la suite...

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

La neige à Cros-de-Géorand ! 

Les températures sont largement passées sous le zéro, puisqu’au matin, le thermomètre indiquait -5°C...

Lire la suite…

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2020

Voir les archives 2020

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2019

Voir les archives 2019

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2018

Voir les archives 2018

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2017

Voir les archives 2017 

  

 -+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2016

 Voir les archives de 2016

 

-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-

 

 ARCHIVES 2015 

Voir les archives de 2015

... actualités et ce qui est à venir

 

A.G « la Truite Capricieuse »

La société de pêche « la Truite Capricieuse » tiendra son assemblée générale le samedi 27 novembre à 20 heures à la salle des associations à Cros de Géorand.

 

L’ordre du jour est le suivant :

1) élection des membres du conseil d'administration pour la période 2022/2026.

2) élection des délégués à l'A.G. de la Fédération Départementale de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de l’Ardèche (FDPPMAA).

3) désignation du (des) candidat(s) éventuel(s) au conseil d'administration de la fédération départementale de pêche.

4) questions diverses.

La Truite Capricieuse fait partie du réseau associatif pour protéger les milieux aquatiques et promouvoir le loisir pêche développé par la Fédération Nationale de la Pêche (AAPPMA).

 

La Truite Capricieuse déploie ses moyens sur un territoire comprenant de nombreux ruisseaux et rivières, tous situés entre 1489 et 939 m. d’altitude, avec la Loire emblématique, prenant sa source au Mont-Gerbier-des-Joncs, ainsi que le Gage, le Mazan, la Padelle, le Tauron et le Vernason.

 

Une gestion patrimoniale depuis plus de vingt ans, pour des cours d’eaux peuplés exclusivement de truites farios autochtone et de vairons. Cette association effectue aussi des déversements de truites farios sur les deux plans d’eaux fédéraux de la Palisse et du Moulin de Peyron (appelé localement barrage du Gage).

 

En cette fin d'année, les membres de l'association la Truite Capricieuse se réuniront en assemblée générale annuelle le 27 novembre prochain à 20h à la salle des associations de Cros de Géorand.


Faire soi-même ses produits

Comme une conquête d’autonomie, une envie de revenir à une vie saine, d’éviter les emballages, revenir aux éléments naturels, découvrir les procédés de fabrication, créer, le faire soi-même répond à ces nouvelles aspirations. Il s’agit d’un engouement assez récent qui s’amplifie avec les années. 

 

Et voici qu’une invitation à s’amuser, en prenant plaisir à faire soi-même des produits ménagers et produits de soins (lessive, liquide vaisselle, shampoing, baume, etc.) est lancée sur la montagne ardéchoise.

 

Le samedi 4 décembre de 14h à 17h à la salle des associations de Cros de Géorand, dans le cadre de l’atelier créativité, Madame Jeanne Quéromain proposera une première approche pour découvrir quelques recettes.

 

Les inscriptions à cet atelier sont à effectuer auprès de Tania 04 75 38 93 45 ou 06 50 19 34 33 avant le 30 novembre 2021. Une participation de 20 €uros est demandée.

Les participants se muniront de tablier ou vêtements qui ne craignent rien, de récipients vides en verre avec couvercle en métal ou bouchon pour emporter les produits : bouteille comme pour les coulis tomate (2), pots de confiture entre 100 et 500 ml (2), pots vides de baume (2), pots bas style terrine ou pâté (1), petits pots de 30 ml environ (2) et un stylo bille.


Un marché pour Noël

Voici les premières gelées… l’hiver n’est pas loin… Noël approche…

 

Le samedi 18 décembre prochain, il est entendu que le grand étal de fruits et légumes du marché hebdomadaire sera présent. Le samedi 18 décembre prochain, le marché prendra des couleurs festives grâce à la présence de 18 stands.

 

Vous retrouverez sur la place du village de Cros de Géorand les producteurs : les fromages du Pré de Mazan, de Ma fol Bergerie, de Verden, des Rancs, les bières de Riouclar,  les vins de Chusclan, les huiles du Domaine de Géorand, les confitures et les tisanes de Jeanine, les produits de la ruche de Terre d’abeilles à Arcens, les cosmétiques de Béatrice.

 

Vous trouverez des idées cadeaux avec les confections et décorations créées par Tania, Marité, Virginie, Maïté, Marie-Line, Sabine, Antoinette, Eve, ...

 

Pour ce marché de Noël, l’association la Bouquinerie Crouseilloune proposera ses calendriers 2022 composés à partir des 12 meilleures photos du concours.

 

Sur la place de Cros de Géorand, le samedi 18 décembre sera festif ! Qu’on se le dise !.


Poursuite du marché du samedi matin

Les premières gelées ont dessiné quelques cristaux sur les vitres. Et pourtant, les commerçants du petit marché du samedi s’installaient sur la place de Cros de Géorand dès potron minet : « L’air est frais, mais l’ambiance est bonne, … ». Jérôme COSTE a déballé un bel étal de fruits et légumes, Tania RIPPERT présentait ses créations et enregistrait quelques commandes pour des ourlets ou des retouches, Cathy USALA proposait de la tomme de chèvres ainsi que de petits lactiques tout frais ou affinés. Romain MAHISTRE amènera ses bières un samedi sur deux. Bref, ce marché qui devait s’interrompre le 16 octobre se poursuit.

 

Chaque samedi matin de 10h à 12h, vous pourrez remplir votre panier sur la place de Cros de Géorand. « Les clients sont fidèles, cela nous motive pour poursuivre. Et avec un bon café, nous pouvons défier le froid. Alors, tant qu’il ne neige pas... »


Un livre brûlant : Hors gel

La majeure partie de sa bibliographie est déjà disponible à la bibliothèque de Cros-de-Géorand. Et aujourd’hui, avec presque vingt ans d’écriture, Emmanuelle SALASC vient de sortir son dernier roman « Hors gel ». L’autrice a offert cet ouvrage aux lecteurs de Cros-de-Géorand.

 

Ce roman de légère anticipation dont l’action se situe en 2056, vous entraîne au bord de l’extrême.

Dans une vallée d’altitude, une sirène sonne, réactivant une peur ancienne. Au-dessus du village, dans le ventre du glacier, une poche d’eau sous pression menace de se rompre. Peu de temps auparavant, Clémence, disparue depuis des années, a appelé sa soeur jumelle, Lucie, pour lui demander de la cacher dans la grange familiale isolée qu’elle habite, juste en dessous du glacier.

 

Hors gel, nous plonge au coeur d’une sombre dystopie et d’un drame familiale déchirant. Deux peurs : la peur ancestrale et collective de la catastrophe que pourrait provoquer la rupture du glacier, et la peur plus intime, familiale, de Lucie vis-à-vis de sa soeur jumelle, une peur ancrée depuis longtemps dans la mémoire profonde de Lucie. 

 

Nous avons aimé ce roman et partageons l’enthousiasme de Marine Landrot :« Par son écriture d’une limpidité saisissante, où les fulgurances coulent de source et charrient une sensibilité vive, où le réalisme le plus cru est soudain baigné de féerie, où le sordide est cicatrisé par le surnaturel, Emmanuelle Salasc révèle la force cachée de ce phénomène de désagrégation intime, en synchronie avec l’anéantissement de la planète. La beauté du roman vient de cette promesse de renouveau, enfouie sous la peur. »

 

Ce livre est disponible en prêt à la bibliothèque de Cros-de-Géorand. Vous pouvez aussi le trouver en librairie : « Hors gel » Emmanuelle SALASC – EAN 9782818052044 -

Éd. P.O.L. 


Un moment avec le thé

Chaque samedi matin, Eve rejoint le marché de Cros-de-Géorand. Sur la petite place, elle dispose ses mugs qui seront bientôt accompagnés par quelques bols à thé et théières, façonnés de ses mains. 

Elle raconte : « Le Théier est venu à ma rencontre lors d’une escale sur les hauts plateaux du Sri Lanka en 1991. Depuis, je n’ai cessé d’aller sur ses traces avec la même curiosité, le même enthousiasme. Des contreforts himalayens à la chaumière traditionnelle japonaise, les feuilles de thé s’offrent, se partagent en paix, dans le respect de l’être humain, l’ordre de l’Univers, et ce depuis des siècles. »

Elle contemple la montagne ardéchoise, son nouveau point d’ancrage : « Je me sens bien. Je me suis toujours sentie bien face aux grands espaces. Je suis particulièrement attachée aux conifères, les sapins diffusent une onde vivifiante, tonique qui me va bien. »

Eve parle avec enthousiasme et sérénité de ses projets : « j’aime la terre et je souhaite par des ateliers personnalisés communiquer le goût de créer avec cette matière douce et indulgente. » Céramiste et peintre, elle a rejoint les créateurs de Méz’Art. Vous pouvez découvrir son travail sur son site everastel.com, mais aussi venir à sa rencontre tout l’été le samedi matin au marché de Cros de Géorand.



Menuisier de père en fils

Enfant du pays, né à Cros-de-Géorand, Vincent ASTIER a aujourd’hui 38 ans. Enfant, il suit Alain, son père, à l’atelier de menuiserie et sur les chantiers : « à 8 ans, je savais déjà piquer le genêt pour restaurer les toitures. » Il se revoit petit garçon perché sur un toit : « Je figure même dans un reportage pour Chefs d’œuvres en péril, une émission animée par Pierre de Lagarde, le Stéphane Bern des années 80 ». 

Vincent n’a pas de goût pour les études. Il se sent bien au milieu des planches, avec les petits tas de sciure et les collines de copeaux qui parfument la menuiserie. Avec son père, il apprend toutes les ficelles du métier : l’affûtage des outils, le balancement d’un escalier, les différents assemblages, … Il s’applique sur la dégauchisseuse, la raboteuse, les scies, … Et ainsi grandissant, le fils rejoint son père. Ils font équipe. Entre autres travaux de menuiserie, ils réalisent des maisons à ossature bois en sapin et douglas de pays, répondant ainsi à une demande locale de construction.

Mais, le 5 août 2020, Alain est emporté par la maladie. « il fallait continuer, ne pas lâcher ». Aujourd’hui Vincent conduit l’entreprise ASTIER tout seul. Il vient d’achever une maison à Usclades. 

Passionné par ce matériau écologique  qui est l’un des matériaux les plus anciens, Vincent aime travailler le bois pour la construction et l’ameublement mais aussi dans des domaines plus inattendus. Aujourd’hui, il consacre du temps à la restauration d’une voiture des années 30, une Hotchkiss. Ces anciens modèles étaient conçus avec une armature en bois galbée cintrée sur laquelle la carrosserie était clouée. Vincent s’attèle avec plaisir et prouesse à cette restauration.

Et ses projets ? Essayer de créer une ou plusieurs Tiny Houses, vous savez cette sorte de mini-maison à mi-chemin entre la roulotte et la maison tout confort. Ce type de construction suscite actuellement beaucoup d’engouement. Avec son père, Vincent avait élaboré une roulotte, alors si le temps le permet, imaginer une Tiny House ce serait sympa… une roulotte des temps modernes. Mais ça, c’est une autre histoire…


Blessure d’âme d’un soldat du feu

Quand en 2018, Eric GOUVERNET s’installe avec sa famille à Cros-de-Géorand, il effectue un retour nécessaire à ses racines.

 

« J’ai appliqué à la lettre cette maxime : si tu ne sais plus où tu vas, regarde d'où tu viens. Mes aïeules étaient de Chaffour. J’ai été élevé en partie par ma grand-mère maternelle, une autre génération, solide. C’est là sur le plateau ardéchois que je suis revenu quand tout s’est écroulé ».


Eric GOUVERNET témoigne avec sincérité et simplicité de sa lente reconstruction après ce jour de Mai 2017, où après une intervention d’urgence, sa vie part en mille morceaux face à la violence des évènements. Il expose dans son récit l’engagement au quotidien des sapeurs-pompiers, leur professionnalisme.


Mais son livre est bien plus que cela. Il est un cri, une alarme qui nous rappelle que « sous chaque tenue de sapeur-pompier, il y a un être humain qui peut être blessé ». C’est cette blessure si profonde que nous sommes amenés à toucher, à sentir dans les propos d’Eric GOUVERNET.  Il nous fait cheminer avec lui sur les sentiers de la guérison, de l’acceptation aussi. Et parmi les remèdes, figure en bonne place la montagne ardéchoise !


« Blessure d’âme d’un soldat du feu » d’Eric GOUVERNET – Ed. L’Hamattan est en vente en librairie.


 Elle coud des masques !

De fil en aiguille, en 2018, Tania Rippert en arrive à créer un atelier couture. Elle s’inscrit à la chambre des métiers. La même année, elle investit dans une machine à broder. Et depuis, elle effectue de menus travaux pour les habitants du plateau ardéchois : une retouche sur un rideau, un ourlet de pantalon, une fermeture Eclair à changer, un cadeau de naissance, … 

Tania se taille rapidement une belle clientèle. Etant à l’écoute de chacun, elle peut réaliser du sur mesure. Elle sait se rendre accessible avec un accueil à son domicile à Cros-de-Géorand, mais aussi des permanences au Béage, aux Sagnes et à Rieutord.


Patatras… En mars 2020, la couturière ne peut que livrer ses travaux aux domiciles des clients. Elle poursuit ainsi son ouvrage dans le respect des mesures de confinement. Bientôt, en plus des travaux courants, elle remporte un franc succès pour la confection de masques sanitaires. En effet, sa brodeuse permet de personnifier ce nouvel accessoire obligatoire. La charcuterie Didier Moulin, la Tradition Ardéchoise, l’hôtel Beauséjour ou encore la maison Ceyte font appel à ses services pour acquérir des masques à l’effigie de leur enseigne.


Aux dernières nouvelles, Tania Rippert a réalisé des masques pour les conseillers et les agents communaux de Cros-de-Géorand. Par ailleurs, elle est autorisée à ouvrir une permanence dès maintenant sur le futur espace de co-working de Sainte-Eulalie tous les jeudis matin de 9h30 à 12h (rez-de-chaussée de l’ancienne mairie).